Joseph Tux
a propos du CANARD DU 7 JUILLET 2010

GRIPETTE CLASSÉE « SECRET-DÉFENSE »

dimanche 11 juillet 2010

Lecture de l’article de Brigitte Rossigneux dans « Le canard enchaîné » du 7 juillet

Gripette classé « secret défense ».

L’article

Ce que nous apprend cet article :

« Quelles horreurs peut bien receler le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la grippe H1N1 pour être entouré d’un tel secret ? »

1 La règle démocratique ?<span class= [1]' />

  • 2 exemplaires seulement ont été mis à la disposition de l’ensemble des élus !
  • Pendant 4 jours seulement, du mercredi 30 juin au samedi 3 juillet [2].
  • sous la surveillance « policière » de 2 administrateurs.
  • interdiction d’en copier même une partie.
  • interdiction de déléguer ce droit.
  • les observations éventuelles doivent être déposées avant le 5 juillet.
  • l’adoption du rapport par le parlement le 6 juillet .

2 Le contenu du rapport.

Il est éloquent par ce qu’il écarte de ses préoccupotions, qui peuvent donc être entendues comme des évidences : si on ne doit pas aller voir, c’est que la vérité ne devrait pas être diffusée. Elle est donc vraisemblablement honteuse.

Ce rapport évite donc officiellement les sujets suivants :

  • Le rôle de l’ OMS.
  • Les liens d’intéret entre les experts [3] et les laboratoires.
  • L’analyse sur l’efficacité et les modalités d’utilisation des antiviraux. [4]
  • La pertinence des procédures d’ autorisation de mise sur le marché retenues pour les vaccins [5]

 3 Bilan

  • Coût :
    • Bachelot avait annoncé 668,35 Millions d’ € le côut de la campagne de vaccination.
    • La cour des comptes avait déja trouvé 200 Millions d’€ supplémentaire avant la fin de la collecte des données.
  • Destinée des vaccins :
    • Bachelot : 5 924 267 personens auraient été vaccinnées.
    • EPRUS [6] :
      • 21 Millions de doses inutilisées.
      • 13 Millions « errent dans la nature ».
      • 3,46 Millions ont été perdues.
  • Modalités d’organisation [7] :
    • Flacon de 10 doses , dont 8 à 9 en moyenne auraient fini à la poubelle ( un flacon entamé ne peut être réutilisé que très peu de temps )
    • Parmi ces vaccins, pourtant payés plus cher par la France que par les autres états-clients,
      • 12 Millions de doses seront périmées en Septembre 2010
      • 9 Millions de doses seront périmées en Mars 2011

COMMENTAIRES

4 Ce qui n'est pas dans l' article du Canard :

- Pour mémoire [8] :

  • Depuis 1980, l’ OMS est chargé de définir la composition du vaccin anti-grippal adapté au risque épidémique de l’année.
    • L’année grippale est l’année d’apparition des épidémies grippales.Elle débute en générale en Avril. Les virus nouveaux mutants et les « queues » de pandémie des années précédentes sont identifiés. En fonction des caractères épidémiologiques ( contagion et gravité ) observés au début de l’épidémie, cette identité du risque et donc la composition souhaitable pour le vaccin de l’année est connue généralement dés le mois d’ Août .
    • Le vaccin antigrippal est donc toujours un poly vaccin, composé de quelques souches officiellement définies par l’ OMS.
    • L’année grippal débute en quelques points de la planète, à peu près toujours les mêmes, généralemnt dans l’hémisphère sud (l’hivers y commence en juin) [9].
    • Depuis quelques années des « nouveautés » sont apparues dans l’approche de la grippe.
      • L’OMS a redéfini récemment [10] les termes de « Grippe saisonnière » et de « Grippe pandémique » en permettant d’ opposer ces 2 termes pourtant non contradictoires autrefois complémentaires :
        • pandémie signifiait que l’épidémie grippale ( « LA GRIPPE », à myxovirus, comme H1N1 ou H5N1 ) était mondiale. Elle l’a toujours été.
        • saisonnière était entendu comme cette grippe hivernale à myxovirus dont les caractéristiques de variabilité ( nuances des formes cliniques et différences antigéniques ) sont une autre de ses caractéristiques, par rapport à d’autres familles de virus qui donnent aussi des « syndromes grippaux, comme les épidémies de grippes à de printemps à adenovirus, une autre famille de virus ».
    • De la à trouver l’explication de cette campagne mondiale 2009-2010 qui a permis aux labos de fourguer une quantité impressionnante de vaccin supplémentaire par une campagne publicitaire gratos (via l’ OMS puis ses relais d’état), alors que la mission de l’ OMS était, si cette grippe « porcine »/« mexicaine »/« H1N1 » était vraiment menaçante ( ce qui était démenti avant Septembre 2009 par les faits ). La peur, moyen de gouvernement si peu virtueux, n’est donc pas l’apanage de la France, ni même de l’ Europe, elle semble bien commencer par un lobying, non vertueux par nature, au niveau mondiale ( ici l’ OMS ), européen et Français.
    • L’ Europe économico-politique ( le lobying est à la base de la pluspart de ses travaux et des règles qui en découlent
    • En France, la 5e république a fait le nid d’une nouvelle aristo-ploutocratie méprisante, aveugle et rigide dont l’ arrogance actuelle révèle enfin à tous même aux plus enfumés, téléabrutis et autres veaux bien de chez nous,

5 Ma conclusion :

  • Il faut bien du courage et de l’ utopie pour croire encore à la survie des services et du bien publiques [11].
  • le seul avantage de l’hygiénisme, c’est l’ hygiène. Au moins quelques enfants ont appris à se laver les mains, beaucoup d’adultes à consommer un peu plus en découvrant les vertues des gels hydroalcooliques [12] ( attention aux permis de conduire ! )

MOTS

6 Privé

  • Vie privée, bien privé : ce qui n’est pas du domaine publique
  • Privé de ( liberté .. ) : ce qui m’est retiré, interdit, inaccessible.

7 Public

  • Bien public : Le bien commun
  • Service public : ce qui est mis au service du public, ce qui légitime l’ état de droit.

RÉFÉRENCES

8 Droit

CRÉATION D’UNE COMMISSION D’ENQUÊTE PARLEMENTAIRE

DE NOMBREUSES REFERENCES OFFICIELLES SUR LA GRIPPE H1N1 2009/2010 - le rapport de la commission parlementaire français ne s’y trouve évidemment pas !

COMMISSION D’ENQUÊTE DU SÉNAT

LES ÉLUS ET L’ÉTAT FRANÇAIS INFORMÉS TRÈS TÔT ( Et les média ? )

« La commission d’enquête a tout d’abord entendu M. Wolfgang Wodarg, médecin épidémiologiste, ancien président de la sous-commission de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

M. Wolfgang Wodarg a indiqué qu’il avait dirigé pendant treize ans, en tant que directeur de santé publique, une institution chargée de la veille sanitaire dans le Nord de l’Allemagne. Il était notamment responsable du suivi des vagues d’épidémies de grippe saisonnière.

Il a été très tôt surpris par les chiffres avancés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la grippe A(H1N1)v. Il n’y avait que quelques cas recensés - environ six cents - qui, ensuite, ont été utilisés pour effrayer le monde entier.

Il a ajouté que plusieurs éléments tendaient très tôt à démontrer qu’il n’y avait pas lieu d’être effrayé par ce virus et qu’il s’agissait en réalité d’une grippe banale.

Il a rappelé que plus un virus se propage rapidement, comme dans le cas du virus A(H1N1)v, moins il est dangereux car il a besoin, pour se diffuser, de préserver des « réservoirs » de virus.

Or ces deux arguments ont été ignorés par l’OMS au moment du passage à la phase 6 de l’alerte pandémique, le 11 juin 2009.]

Droit de l’ homme [13]

Quelques articles choisis. :

  • Article II
    • Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.
  • Article IV
    • La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.
  • Article V
    • La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.
  • Article XII
    • La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.
  • Article XIV
    • Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.
  • Article XVI
    • Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Mais aussi..

[Lobbying]

[1voir l' Article XIV de la déclaration des droits de l' homme

[2Leur administration est établie afin que les élus soient dans leur circonscription du jeudi au dimanche

[3de la France comme de l’ OMS

[4ex : le Tamiflu

[5l’ évaluation des risques

[6L’établissement public qui gère les crises sanitaires

[7Logistique confiée au ministre de l’ intérieur B.Hortefeux

[9les recombinaisons de grippes aviaires et de grippes porcines avec les virus humains sont habituelles, regroupées par soucis de vulgarisation avec les autres modes de mutations

[10Peu avant la grande campagne de terrorisation à,propos de la dernière grippe aviaire

[11]Les chose publiques], du rôle régulateur des états face aux injustices et à la liberté, bref à la persistance de la rébulique[[La chose publique

[12dont les prix ont décuplés en 2009

[13Le préambule qui préside à la constitution de la république Française

Voir en ligne : La Question des Vaccins

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 19 / 59180

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SANTÉ !  Suivre la vie du site GRIPPE A 2009   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License