Joseph Tux
La grippe aussi est politique !

Grippe et médecins traitants

« un rhume mal soigné dure une semaine, un rhume bien soigné dure huit jours »...
jeudi 3 décembre 2009

La grippe semble avoir réglé tous les autres problèmes de santé.

Elle a même sauté l’obstacle du trop fameux « trou » de la sécu !

Explications ?

Questions

Pourquoi ne pas laisser les médecins et spécialement les généralistes faire leur métier et vacciner eux-même leurs patients ?

Pourquoi avoir incité au principe des médecins référents, si c’est pour leur ôter toute responsabilité dans un acte aussi ordinaire que la vaccination ?

Les réticences à la vaccination me semblent justifiées, non par des motifs de santé concernant la grippe ou la vaccination, mais bien induites par l’attitude trop fréquemment méprisante et irresponsable de nos dirigeants et de leurs administrations vis a vis des Français.

Souvenez-vous du nuage de Tchernobyl arrété à la frontière par nos super-douaniers, du sang contaminé soi-disant « sans risque » par un virus du Sida dont on ignorait encore presque tout, imprudence poussée par des motifs de petit-commerce national, en passant par bien d’autres vilenies dont les Français ne sont pas tous dupes.

Pour cette année, l’arnaque serait-elle devenue mondiale ?
Personne ne nous a encore justifié sérieusement l’ampleur de la campagne contre 1 virus grippal particulier, alors que depuis 30 ans [1] il en est passé bien d’autres, alors que le polyvaccin ( 3 ou 4 souches prédominantes sur la planète dans l’année courante ) a fait ses preuves, alors que le dernier H1N1 semble être connu comme les autres bien avant d’atteindre l’hiver de l’hémisphère nord, alors que l’épidémie du sud n’a pas révélé de contagiosité ni de gravité très différente de la moyenne habituelle.

Pourquoi cette année 2 vaccins séparés et un coût exorbitant ?

Pourquoi ce battage médiatique aussi indécent que son budget ( quand on pense aux restrictions drastiques des soins aux grands malades, à la dégradation des services hospitaliers publics et du système de santé français, élément hélas passé d’une certaine « qualité de vie nationale » ) ?

Devant cet état d’esprit politiquement entretenu et médiatiquement aggravé, il semblerait pourtant évident que les médecins généralistes, pédiatres ou autres médecins traitants habituels soient les plus à même :

  • de convaincre leurs patients, qui ont certainement plus confiance dans leur médecin [2] que dans leurs élus et leurs administrations.
  • de connaître les indications et contre-indications, les allergies et autres risques spécifiques pour chacun de leurs patients.
  • d’utiliser cette occasion pour dépister diabètes, hypertensions, cancers débutants, et faire ainsi véritable oeuvre de santé publique, pour pas un centime de plus ! [3]
  • D’ accélérer l’efficacité du dispositif paraît-il si urgent de la vaccination de masse. [4]
  • D’économiser la surconsommation gigantesque d’actes de soins attendue, nous dit-on, cet hiver, au cas où tout cela n’irait pas assez vite

Un centre de vaccination serait-il plus à même de connaître mieux les particularités et risques de chacun ?

LE CANARD ENCHAINÉ DU 9 DÉCEMBRE 2009

Retour

Conclusion en attendant d’en savoir plus : (1) ou bien ce n’ est pas la santé des Français qui intéresse les responsables de cette gigantesque foire mondiale au vaccin de type A [5], mais bien un autre motif [6] , (2) ou bien nous avons affaire à l’une des pires incompétences en matière d’organisation et de politique de santé, sans parler de la gestion du budget de la nation.

Questions :

  • 1 Pourquoi - si la crainte est fondée - interdire la vaccination par les médecins traitants ( vraiment incompréhensible !!! ). Des centres de vaccinations en plus, pourquoi pas, mais là, qui peut nous expliquer ?
  • 2 Pourquoi le vaccin H1N1 « A/California/7/2009 » n’a-t-il pas été inclus dans la formule du polyvaccin qui ne comporte cette année que 3 souches : H1N1 « A Brisbane/59/2007 » , H3N2 « A Brisbane/60/2008 » et B « Brisbane/60/2008 »
  • 3 Pourquoi stigmatiser comme « pandémique » le California 2009, et « Saisonnier » les 3 autres [7] ?
  • 4 Qu’est-ce qui justifie la crainte que l’épidémie puisse avoir, cette année particulièrement, une dynamique différente dans les pays du nord, plutôt mieux lotis que ceux du sud en matière d’alimentation, d’hygiène et de soins, qui expérimentent la grippe avant nous chaque année ?
  • 5 Qu’en est-il du virus aviaire H5N1 ? a-t-on découvert des cas interhumains ? une recombinaison avec un virus humain en circulation ?
  • 6 La présence d’adjuvant autorisé en Europe et pas aux USA est-elle la conséquence de ce choix ( économiquement ruineux pour les populations et juteux pour les labos ) d’un mono-vaccin séparé des autres souches en circulation ?
  • 7 Les comptes quasi quotidiens de malades, de morts etc.. nous sont régulièrement annoncés sans aucune comparaison donnée avec ceux des années précédentes, et ne semblent être donnés que pour effrayer la population.
    La politique actuelle de la peur et du tout sécuritaire n’y trouverait-elle pas aussi son compte ?
    et contribue encore à embrouiller la question [8]

Qui peut répondre [9] à ces questions ?

Je laisse en suspens d’autres questions aussi troublantes :

Et peut-être certains éléments de réponse grâce au Canard enchaîné

Quelques éléments tirés du « Canard » du 16 décembre 2009 :


- Un 1er article intitulé « La douloureuse de la piqûre » parle du contexte :
  • « 3 Millions de vaccinés en fin de semaine dernière » ; « plus que 91 millions de doses à écouler »
  • « François Autain, sénateur de gauche et médecin.. le 10 décembre dans une question écrite à la ministre de la santé.. s’étonne que le nombre de doses achetées par le ministère de la santé soit 3 fois supérieur au nombre de gens à piquer.. »
    • « Les Britanniques font face au virus avec seulement 26 millions de doses. »
    • Les Allemands « en ont acquis 50 » millions pour 82 millions d’habitants.
    • « Les États-unis .. 30% de leur citoyens. »
  • "Le sénateur Autain souligne que :
    • Le marché de 712 millions d’euros a été passé dans des conditions « très défavorables pour la France »
  • Résultat : les prix, alors que « plus on achète en quantité, plus on négocie »
    • Pour la France : 6.25 € à 10 € selon les labos ( 7.57 € en moyenne ) (97 millions de doses)
    • Pour l’Angleterre : 6.50 € en moyenne - 1.07 € moins cher - ( 26 millions de doses )

- Un 2e article s’intitule « Tamiflu ou Tamibluff ? » et commence ainsi :
  • « ... 33 millions de doses d’ un médicament dont l’efficacité n’est pas prouvée.. »

Liens

Sites web

La revue Prescrire

et notamment Grippe A H1/N1

Martin Winckler

Les conseils de l’ OMS

Le canard enchaîné

MG France

MG France

D’autres informations (à vérifier) et des regards (signés) sur ce vaccin

La grippe A reste une gripette : Pr B.DEBRÉ

Grippe H1N1 : halte à la désinformation

Mieux vaut en rire !

Conditions techniques discutables !
Une même aiguille pique dans le flacon puis à travers la peau du patient : l’aiguille ne fait pas qu’injecter là où elle le doit, mais étale le vaccin depuis la peau tout le long de son parcours.. On refusait le Diplome d’ Etat d’infirmier pour moins que celà .

Vaccin pour qui

Selon l’étude de MG France, 1er syndicat de généralistes

« Avec deux injections à trois semaines d’intervalle », c’est plus de la moitié de la population de plus de trois ans qui est concernée par cette campagne.

En priorité, les populations « particulièrement exposées » : les personnels de santé (2 millions de personnes) et les personnes chargées des secours et de la sécurité (1 million de personnes), auxquelles s’ajoutent les personnes « à risques » : les personnes de moins de 65 ans qui souffrent d’une des 9 affections de longue durée représentant un facteur de risque vis-à-vis de la grippe (diabète, insuffisance respiratoire chronique, insuffisance cardiaque, déficit immunitaire, mucoviscidose... soit 2,4 millions de personnes), les femmes enceintes (800 000 personnes), les enfants de moins de un an (800 000 personnes) et les jeunes de moins de 18 ans (14,5 millions de personnes). Reste à déterminer quelles sont les personnes « à rôle critique en cas de pandémie », les personnes « indispensables à la continuité de l’Etat ».

Adjuvant

 Ne pas confondre adjuvant et conservateur

  • L’adjuvant est un squalène ( il en existe 2 : le MF-59 et le ) qui est interdit aux USA en raison d’une balance bénéfices/risques défavorable
  • Le conservateur est un composé organique contenant du mercure, dont la toxicité est cumulative et dont la cible la plus redoutée est le système nerveux central. L’intoxication massive a été découverte lors de l’épidémie de Minamata ( au Japon ) où a été également découvert le principe ( dont le nom m’échappe encore ) de concentration progressive du toxique dans la chaine alimentaire. [10]

La question du mercure est surtout à poser en terme d’expositions multiples.
Les intoxications graves sont connues par exemple sous les termes de « travailleurs du chapeau » ( les chapeliers feutraient au mercure ), de « Folie des chercheurs d’Or » ( extraction de l’or par amalgame ) , et les troubles plus transitoires de « diarrhées du lundi matin » des tenanciers de baraques de foire ( tirs à la carabine, l’amorce étant le fulminate de mercure ) et des lendemains de feu d’artifice ( idem ).
Les dentistes et leurs assistant(e)s qui utilisaient les amalgames sans précautions étaient aussi exposés à cette grave maladie.
Les composés organiques ont l’inconvénient majeur d’aller facilement dans le cerveau, d’y laisser la molécule de mercure minéral lors de ses transformations, lequel mercure minéral ne sortira plus jamais du cerveau ( effet cumulatif )
Le mercure est un polluant quasi universel de l’environnement naturel. Il a été supprimé des thermomètres et autres usges domestiques. Les antiseptiques mercuriels ( mercurochrome, mercryl etc.. ont été interdits en France des décennies après la plupart des autres pays occidentaux, il y a moins de 30 ans

Dans ce qui suit on ne parle que de l’adjuvant.

 Que fait l'adjuvant ?

Infos du Dr RUSSELL L. BLAYLOCK, M.D

Comment agit-il ?, pourquoi en mettre ?

Si j’ai bien lu le Dr R. L. BLAYLOCK :

  1. Le virus H1N1 tue lorsqu’il provoque une « tempête de cytokines », entraînant le système immunitaire à réagir de manière excessive. C’est la raison pour laquelle il tue des jeunes personnes et provoque une maladie plus légère chez les personnes plus âgées dont le système immunitaire est davantage affaibli.
  2. 1er danger possible du vaccin : « Ce vaccin est un puissant stimulateur de l’immunité qui rend le virus capable d’une beaucoup plus grande létalité . » _ Le squalène ( = l’adjuvant ) favorise la réaction immunitaire, donc aggrave les effets du virus, s’il est présent sans les 2 ou 3 premières semaines qui suivent le moment de la vaccination.
  3. 2e danger déja constaté selon l’article du dr RUSSELL : Ce vaccin doublerait le nombre d’apparitions de la maladie de Charcot et favoriserait l’émergence d’autres maladies autoimmunes comme la sclérose en plaques [11], la polyarthrite rhumatoïde [12] ou le lupus [13] ;
    « Il a été montré que ce produit pouvait provoquer de graves maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde et le lupus. _ Il s’agit de l’adjuvant vaccinal qui a été mis en cause dans le syndrome de la Guerre du Golfe qui a tué plus de 10.000 soldats et provoqué une augmentation de 200% de la maladie de Lou Gehring (sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot (ALS), maladie mortelle » ( Traduction complète de l’article )

Conclusion :

  • « Primum non nocere » : l’attitude de santé publique politiquement raisonnable devrait commencer par évaluer sérieusement la balance « bénéfices attendus/risques encourus », c’est à dire la comparaison du risque d’être victime d’ effets secondaires graves du vaccin face au risque d’effets graves de la grippe, de le faire d’une façon intelligente ( risques différents selon certains critères cliniques, d’ âge de sexe, etc.. ou sociaux ( métier à risque élevé de contaminer les autres au non, citadins, voyageurs etc..
    Un vaccin sans adjuvant est-il réellement moins efficace ? il semblerait que l’on attende du vaccin avec adjuvant qu’un bénéfice de quelques jours sur la date ou le sujet vacciné commence à être protégé.
    Dans les 2 cas le bénéfice de la vaccination est statistique, ne préserve pas tous les sujets vaccinés, ne les protège que partiellement, et on vient de le voir, dans le cas du vaccin avec adjuvant pourrait même aggraver les sujets contaminés précocéments après le vaccin.
  • Coût financier et social : tant à l’échelle planétaire que nationale, c’est à partir de cette comparaison des risques connus d’abord, et éventuellement prévisibles, que devraient être ( avoir été ) engagées les finances publiques ( notre bien commun ! )

Tamiflu

Forum sur France2.fr

Citation :

" L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été créée, il y a plus de 50 ans, dans le but d’améliorer l’état de santé des gens dans le monde entier. L’une de ses tâches principales était la diffusion d’informations sur la nutrition. En collaboration avec l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’OMS a publié, chaque année, des « rapports communs sur la nutrition » pendant une dizaine d’années environ.

Ensuite, l’industrie pharmaceutique, dans l’intérêt de ses investissements, a complètement pris le contrôle de l’OMS. Depuis lors, elle est devenue le parfait contraire de ce qu’elle était.

ceci explique cela :

Communiqué OMS/56 -24 juillet 1998
CREATION D’UN FONDS SPECIAL POUR FINANCER LES REFORMES A L’OMS
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Fondation Rockefeller ont annoncé aujourd’hui la création par la Fondation d’un fonds spécial d’action pour la santé dans le monde doté de $2,5 millions pour financer le processus de réforme à l’OMS.
Le nouveau Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, le Dr Gro Harlem Brundtland, et le Président de la Fondation Rockefeller, le Professeur Gordon Conway, ont signé ce matin à Genève un protocole d’accord à cet effet.
Ce fonds non renouvelable sur lequel des crédits pourront être puisés au cours des deux prochaines années donnera au Dr Brundtland, élue à ce poste en mai 1998 et qui a officiellement pris ses fonctions mardi dernier, la liberté financière de recruter des experts de haut niveau.
Le Dr Brundtland a salué la Fondation Rockefeller pour cette offre généreuse et rapide qui, a-t-elle déclaré, « permettra à l’OMS d’inviter des spécialistes de talent et motivés à venir faire partager à l’Organisation leurs connaissances et leur expérience »
« L’OMS cherche à établir de nouveaux partenariats avec d’autres institutions des Nations Unies, des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des instituts de recherche et le secteur privé. Le protocole d’accord que nous avons signé aujourd’hui a pour but de bien faire comprendre à tous que le changement est en marche à l’OMS », a souligné le Dr Brundtland.
L’accord signé à Genève aujourd’hui renforce les relations entre l’OMS et la Fondation Rockefeller qui remontent aux premières années de l’Organisation. La participation de la Fondation à l’action de santé internationale remonte à 1913. La Fondation avait déjà apporté un soutien financier, technique et scientifique important à la section santé de la Société des Nations. « Citation (suite) »L’OMS « recommande vivement un traitement au plus tôt avec des antiviraux comme « oseltamivir » ou « zanamivir , pour les patients qui répondent aux critères de traitement, même en l’absence d’un test positif en laboratoire confirmant l’infection par le virus H1N1. »

En d’autres termes, L’OMS préconise de prendre le Tamiflu, un produit fortement dangereux dont un des actionnaires principaux est l’ancien chef du Pentagone, Donald Rumsfeld. Et cela sous-entend également GlaxoSmithKline, fabricant de médicament concurrent contre la grippe, tout aussi dangereux.

Ces médicaments (Tamiflu, oseltamivir, zanamivir) produisent précisément les mêmes symptômes de complications graves au niveau des poumons, que l’on peut trouver avec la grippe et dans certains cas ayant causé la mort.
à lire sur : http://www.alterinfo.net/Ukraine,- [...] 39324.html
]... au Japon : dans ce pays où la pilule précieuse a été la plus vendue, le Tamiflu a été corrélé à la mort soudaine de plusieurs enfants.

Le président de l’institut de pharmaco vigilance japonais, Rokuro Hama, le répète dans tous les congrès et revues scientifiques depuis deux ans. Sur le British Medical Journal, Hama souligne que les enfants sont morts d’insuffisance respiratoire (collasso respiratorio) et cite trois études de laboratoire où « l’administration d’Oseltamivir à des bébés rats en a provoqué la mort par insuffisance respiratoire ».

Une étude vietnamienne a analysé dix patients : des cinq traités par le Tamiflu, quatre sont morts.

C’est justement sur la base de ces études qu’il n’est pas autorisé d’administrer du Tamiflu à des enfants de moins d’un an. De nombreux chercheurs, cependant, étant donnée la rareté de données cliniques, ont des doutes aussi sur la tranche des 1-12 ans. Du point de vue des autorités sanitaires, l’argument concernant les enfants est faible à cause, justement, du motif opposé. En cas de pandémie, ils constitueraient la catégorie la plus à risque. Et si le Tamiflu est le seul remède disponible, il faut pouvoir le leur donner à eux aussi. C’est la raison pour laquelle les autorités européennes et américaines en ont récemment autorisé l’usage dans un but prophylactique même sur des patients de 1 à 12 ans.
...(...)..Dans la littérature très peu de cas sont rapportés de personnes affectées par la grippe aviaire et soignées par le Tamiflu."

 Tamiflu 2

Semaine de Noël, « le canard enchainé » de cette semaine nous révèle pourquoi une surabondance de Tamiflu payé « frais » par nos deniers ( le budget de la nation, si vous préférez, et plus précisément l’argent public ) doit être distribué gratuitement et rapidsement ( sur ordonnance médicale .. ) : ces tonnes d’un médicament sans grand intérêt prouvé pour la santé publique, seront périmées en Mai 2010. On s’approche ici aussi des conditions tiers-mondistes de notre environnement socio-politique.

 Tamiflu 3

Devinette :

Pourquoi le laboratoire qui a réalisé 10 études scientifiques sur les effets du Tamiflu, n’accepte-t-il de n’en communiquer que 2 aux autorités scientifiques indépendantes ?

Question subsidiaire :

Pourquoi appelle-t-on encore « scientifique » une recherche effectuée par un personnel intéressé aux résultats ? L’histoire de « La mémoire de l’eau », pourtant effectuée sous une certaine sécurité publique ( l’ INSERM ) ne semble pas avoir éveillé suffisamment la conscience politique (et éthique ) et surtout scientifiques de ceux qui en préfèrent le statut à la rigueur.
La science n’est-elle pas déjà devenue une religion, peut-être la nouvelle religion mondiale après l’économie ?

Fausse Pandémie

Conseil de l’ Europe

« Fausses pandémies, une menace pour la santé »

Strasbourg, 12.01.2010 – « Fausses pandémies : une menace pour la santé » est l’un des thèmes majeurs de la prochaine session plénière de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), qui se tiendra à Strasbourg du 25 au 29 janvier prochains. La Commission des questions sociales de l’APCE a proposé la tenue d’un débat d’urgence sur le sujet. Si l’Assemblée accepte cette proposition lors de l’adoption de son ordre du jour à l’ouverture de la session, le débat aura lieu le jeudi 28 janvier.

Le mardi 26 janvier à 8h30, la Commission organise une audition à huis-clos, sur le même sujet, avec des représentants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’industrie pharmaceutique européenne, et d’experts sur la question.

OMS

France Culture, le 4 février 2010

DU GRAIN A MOUDRE

- OMS : les conflits d’intérêt ont–ils grippé la machine ?

par Brice Couturier, et Julie Clarini

Avec :

  • Didier Tabuteau, responsable de la chaire de santé de Sciences-Po et du centre d’analyse des politiques publiques de santé de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, auteur de Les contes de Ségur : les coulisses de la politique de santé (1988-2006), (Ed. Ophrys)
  • Philippe Even, président de l’Institut Necker, professeur émérite à l’Université Paris-V, auteur avec le Pr Bernard Debré de Savoirs et pouvoirs. Pour une nouvelle politique de la recherche et du médicament, (Cherche Midi)
  • Raoul Brillet, Haute Autorité de Santé et Serge Halimi, chef du service de diabétologie du CHU de Grenoble, professeur de nutrition à la faculté de médecine PH CHU Grenoble.
  • Réalisation : Marie-Christine Clauzet

Bilan

Bilan de la grippette du millénaire

2 à 10 fois moins de morts que la grippe dite « saisonière » [14]

Les données épidémiologiques étaient bien connues dés le mois d’Août 2009, conforme aux observations en Europe.

Bilan économique, bilan du système de santé

Probablement 2 Milliards d’ €uros donnés généreusement par le contribuable pour quelques 94 millions de doses !!! et autres gants et masques inutilisés, sans parler des « petits à cotés » médiatiques, des atteintes aux soins « ordinaires », et comble d’ironie, des pénuries de mouchoirs en papier dans les consultations de psychiatrie ( celle où on pleure pour de bien plus graves malheur que la grippe ! ) et d’essui-mains en papier, remplacé depuis par des torchons collectifs !!! [15]

2 milliards comparés

- au déficit de tous les hôpitaux publics ! = de quoi combler 3 fois ce déficit !

- Aux dépenses de médicament de la sécurité sociale ( = que des maladies graves et chers, comme vous savez : Cancers, Leucémies, Sida, maladies cardiaques, diabètes, réanimation etc.. )

- Aux salaires de tous les postes de médecins et d’infirmières supprimés en grand nombre cette année dans le service publique.

Bilan politique : l' OMS, l' Europe, La France

Ce qui m’a le plus déçu, c’est de constater que l’ OMS a été à l’origine de cette gabgie sans précédent des finances de la santé dans le monde.

Pour l’ Europe, aucune surprise, c’est l’ Europe ÉCONOMIQUE, l’organisation légale du lobying, l’organisation lobyiste de la loi.

Pour la France, nos « responsables » [16] ne cesseront de m’étonner tant il n’y a plus de limite.

Encore une fois on est les 1er, on est les champions dans l’excés et le ridicule. Mais on l’est démocratiquement, donc je m’incline, non sans tristesse, mais respectueusement.

[1Depuis que l’ on vaccine contre la grippe

[2Pour MG France, les autorités sanitaires ne doivent pas renouveler l’erreur de l’hiver précédent qui a vu les médecins généralistes mis à l’écart de la campagne de revaccination grippale. Cette mise à l’écart a conduit à une chute sans précédent des personnes vaccinées).

[3D’autant plus nécessaire que les chomeurs et retraités, ne bénéficiant pas de la médecine du travail, sont de plus en plus nombreux

[5comme Arnaque ?

[6serait-il commercial ?

[7voir réponse à la question précédente

[8la question du sérieux des informations officielles comme celle des informations des principaux média « indépendants ».

[9sérieusement

[10Ce phénomène consite à partir de concentrations infinitésimales, non toxiques, voire à peine décelables, à retrouver des concentrations hautement toxiques chez les animaux supérieurs ( gros poissons ou mammifères marins )

[11S.E.P.

[12ou « polyarthrite chronique évolutive »

[13ou « Maladie lupique » ou « Lupus Erythémateux Disséminé »

[14La grippe pandémique est tout aussi saisonnière que les autres, qui ont toute aussi été pandémique

[15Authentique, dans le service où j’ exerce, depuis fin Décembre

[16si, si, c’est bien ainsi qu’ils se désignent ! ce n’est plus un état, mais c’est encore un statut


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1772 / 57607

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SANTÉ !  Suivre la vie du site GRIPPE A 2009   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License