Joseph Tux
Nord-Picardie-Ardennes = surconsommation

Psychotropes

mercredi 10 février 2010

La carte de France de la consommation de psychotropes

Antidépresseurs, neutoleptiques, anxiolytiques, hypnotiques et sédatifs

Reflexions

On peut voir que plus on va vers le sud, ou la région parisienne, moins on consomme de médicaments psychotropes.

La densité est légerment amortie dans l’ Oise, dont la densité de population maximale est proche de Paris
Les Ardennes ont un taux comparable au Nord et à la Picardie, alors que les autres départements de la région Champagne-Ardenne est dans la moyenne.

Il serait intéressant de croiser cette carte avec celle

- d’indices de pauvreté, de chômage et de type d’emplois, de niveau d’étude et d’illétrisme, du taux de « handicapés reconnus »
- de l’âge
- de la démographie médicale
- de la démographie psychiatrique, psychothérapique, psychanalytique ou de la « consommation » de ces services
- du profil de consommation courante

Il convient de noter que la France est déjà en moyenne, le 3e pays le plus consommateur de psychotropes, très proche des 2 autres (Danemark : 30.5%, Royaume Uni : 30.3%, France 28,8 %, puis la Suisse : 24,4% ) !

Les Français ne sont pas en reste avec les autres pays occidentaux / industrialisés quant à la consommations d’autres psychotropes non médicamenteux : tabac, alcool, canabis et héroïne.

Internements

Il convient aussi de noter une étude de l’ ORS de Picardie : en 2008 la Picardie était la région où le taux d’internement psychiatrique était le plus élevé de France

Suicides

Pensez-vous que ce taux extrème a des résultats positifs sur une santé mentale plus précaire ?
Les suicides serait-il moins nombreux grace à ces psychotropes ?

"une étude de l’ ORS Picardie montre le contraire :

Le suicide en Picardie

À l’occasion de la journée nationale de prévention du suicide (5 février), l’observatoire régional de la santé et du social (OR2S) publie une plaquette présentant les données épidémiologiques sur le suicide et les tentatives de suicide.

En Picardie, plus de 400 décès en moyenne annuelle sont dénombrés sur la période 2004-2006 (303 pour les hommes et 102 pour les femmes). Cela situe la région au cinquième rang des régions françaises ayant le plus fort taux de mortalité. D’une manière générale, les régions du nord de la France sont davantage affectées par le suicide que celle du sud.

L’acroissement du taux de mortalité par suicide enregistré au début des années quatre-vingt tend à décroître, mais cette diminution est moins rapide en Picardie qu’en France. Plus l’âge augmente, et plus le taux de mortalité croît, avec une différence selon le genre puisque chez les hommes de 85 ans et plus, la mortalité par suicide est dix fois plus élevés que chez les femmes. Chez les 15-24 ans, la suicide reste la première cause de mortalité en Picardie comme en France métropolitaine devant les accidents de la circulation.

La moitié des suicide des hommes et le tiers pour les femmes se fait par pendaison, Si les hommes privilégient les armes à feux comme second moyen pour se suicider, les femmes optent pour la prise de médicaments.

Enfin, en ce qui concerne les tentatives de suicide, la Picardie détient le plus fort taux d’hospitalisation, tant chez les hommes que chez les femmes, les femmes étant cependant davantage hospitalisées que les hommes : deux personnes sur trois hospitalisées pour tentatives de suicide sont des femmes. Quatre patients sur cinq regagnent leur domicile suite à l’hospitalisation ; 12,6 % sont dirigés vers un service de psychiatrie.

Dans les semaines à venir, l’OR2S publiera aussi la mise à jour de l’annuaire suicide, dont la première édition datait de 2005. La plaquette et l’anuaire seront téléchargeable sur le site de l’OR2S."


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 23 / 57750

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site PSY  Suivre la vie du site L’air du temps   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License